Créer une société accessible grâce au design inclusif : un perpétuel renouveau

Le design inclusif joue un rôle majeur dans le développement de l’accessibilité. Même si les deux concepts n’incluent pas exactement les mêmes idées, ils sont indéniablement liés de par leur complémentarité. L’accessibilité consiste à supprimer les obstacles dans l’environnement tandis que le design inclusif consiste à créer des solutions qui répondent parfaitement dès le départ aux besoins des différents profils : une personne à mobilité réduite pour qui il sera plus facile d’utiliser un ascenseur dans un centre commercial ou bien une personne avec une déficience visuelle qui a besoin d’une signalétique contrastée dans une station de métro pour pouvoir se déplacer en toute autonomie.

Ainsi, l’accessibilité peut être réussie grâce au design inclusif et son approche axée sur l’humain. Faire des individus une priorité et se concentrer sur leurs besoins permet de répondre de façon adéquate et de favoriser ainsi leur inclusion dans la société.

Quoi de mieux qu’une société qui satisfait les besoins de tous ses citoyens ? Le design inclusif offre un large champ de possibilités aux villes pour les aider à créer une société accessible et sans obstacle dans plusieurs domaines, que cela concerne les services qu’elles fournissent avec les transports en commun mais aussi avec l’architecture de ses bâtiments et ses parcs. Il se trouve par ailleurs que la culture est l’un des premiers domaines à avoir pris en compte le design inclusif et elle montre la voie aux autres.

Aujourd’hui, oui tout est possible comme le démontrent les exemples ci-dessous d’une accessibilité réussie grâce au design inclusif !

 

Design inclusif, conception universelle et accessibilité : un triptyque inévitable

Plans architecturaux

Afin de parfaitement comprendre ce que design inclusif englobe, focalisons-nous d’abord sur sa définition ainsi que sur celles de conception universelle et d’accessibilité puisque les trois sont souvent liées.

  • Design inclusif : concevoir un produit ou un service en incluant les besoins spécifiques de certaines catégories d’utilisateurs. Il se concentre fortement sur l’expérience utilisateur pour s’assurer de bien répondre aux besoins des catégories ciblées et par conséquent, prend en compte la diversité de la population. Ce qui signifie que pour différents groupes d’utilisateurs, le design inclusif explore différentes solutions. Il prend également en compte différentes cultures pour que les solutions s’appliquent aux touristes étrangers qui ne parlent pas la langue du pays qu’ils visitent.
  • Conception universelle ou Design pour tous : cela consiste à fournir une solution adaptée aux besoins de tous (voir notre article L’abri sensoriel : le design universel s’invite dans le métro toulousain à titre d’exemple). Par conséquent, la conception universelle se concentre sur la population entière plutôt que sur quelques groupes de personnes seulement pour concevoir des produits accessibles. Mais de façon générale, la conception universelle ne réussit qu’à pourvoir aux besoins de la majorité donc il y a toujours certaines catégories pour qui la solution ne convient pas réellement.
  • Accessibilité : supprimer les obstacles et adapter des solutions ou des équipements pour que les utilisateurs en situation de handicap puissent avoir la même expérience que n’importe quel utilisateur comme avec les lecteurs d’écran pour les personnes ayant un handicap visuel. Avec l’accessibilité, tout est une question d’adaptation de l’existant.

Comme on le constate, il y a des nuances à connaître lorsque l’on parle de ces concepts. Cependant, il reste évident que le design inclusif est lié à l’accessibilité. Après tout, ils partagent un but commun même si leurs méthodes et leurs solutions diffèrent : permettre aux personnes en situation de handicap d’être incluses dans la société et de profiter des mêmes services que n’importe qui.

Ainsi, une chose simple comme un bâtiment avec une entrée large combine parfaitement le design inclusif et l’accessibilité ! Cela s’avère extrêmement utile pour les utilisateurs de fauteuils roulants et constitue la première étape pour rendre un lieu accessible pour eux. Mais c’est aussi un confort pour les personnes chargées ou qui tiennent un enfant par la main.

Ce type d’équipement peut s’intégrer dans tous types de  lieux différents comme les mairies, les universités et d’autres établissements scolaires ou même les aéroports. Pour les centres commerciaux par exemple, en plus d’avoir une entrée large avec des portes automatiques, on peut y trouver des ascenseurs, des escalators et des rampes pour que les personnes à mobilité réduite puissent se déplacer facilement et faire leur shopping. Bien que les ascenseurs semblent être le choix évident pour que les personnes à mobilité réduite aient un accès facile, les escaliers sont tout de même pertinents puisqu’ils peuvent aider les personnes âgées à faire de l’exercice sans qu’elles ne s’en rendent compte. De plus, les personnes avec un handicap visuel n’ont pas à s’inquiéter de trouver le bon bouton dans l’ascenseur. Elles peuvent tout simplement utiliser des escaliers accessibles équipés de mains courantes continues, de contremarches contrastées et de nez de marche antidérapants : des équipements faciles à mettre en place !

Et ce sont des équipements qui peuvent s’intégrer parfaitement aux différents lieux sans dénaturer leur esthétique. C’est ce qu’a fait Okeenea Bâtiment en appliquant toute son expertise et son savoir-faire en termes d’accessibilité à l’hôtellerie de luxe : sécuriser un escalier n’a jamais été aussi glamour ! Sans oublier que cela profite aussi bien aux clients qu’au personnel. Pour le MGallery Carlton à Lyon, c’est une vraie réussite !

Le design inclusif et l’accessibilité rentrent véritablement partout ! Ces deux concepts sont réellement complémentaires.

Design inclusif : une approche axée sur l’humain

Les personnes en situation de handicap sont au cœur du design inclusif puisqu’il se concentre sur leurs besoins pour y répondre de la meilleure façon possible. Pour rendre un lieu accessible, il faut que cela soit pensé en gardant en tête les différents profils d’utilisateurs. Et cela signifie donc travailler en étroite collaboration avec des groupes de personnes en situation de handicap.

Leur participation et leur implication sont clés pour s’assurer que les architectes, les urbanistes, les ingénieurs créent le parfait environnement selon leurs besoins. Un design centré sur l’humain, utilisé dans les normes ISO, consiste en premier lieu à rechercher quel est le problème, à en analyser les données et puis à le conceptualiser afin d’appliquer la solution adéquate. Ceci se fait en plusieurs étapes :

  • Observer les groupes d’utilisateurs ;
  • Analyser les recherches ;
  • Communiquer avec les groupes d’utilisateurs sur le problème rencontré ;
  • Apporter une solution ou un prototype ;
  • Recueillir les remarques des groupes d’utilisateurs ;
  • Résoudre les éventuels problèmes de la solution soumis par les groupes d’utilisateurs jusqu’à une totale satisfaction. Ainsi, il peut y avoir plusieurs allers-retours entre les groupes et les designers. 

A travers tout ce procédé d’analyse du problème rencontré par les groupes d’utilisateurs, l’empathie reste essentielle. Les architectes, urbanistes et ingénieurs doivent se mettre à la place de personnes qui habituellement ne sont ni vues ni entendues : les personnes en situation de handicap.

Les enfants profitent également de cette approche comme le montre l’aire de jeux inclusive de Vannes. Habituellement, les aires de jeux dans les espaces publics ne sont pas adaptées aux enfants en situation de handicap mais grâce entre autres à des toboggans et des balançoires spécialement conçus pour répondre à leurs besoins, ils peuvent s’amuser librement avec les autres enfants. En effet, ce type d’équipement n’exclut pas les autres enfants et tous peuvent se retrouver et partager un bon moment quel que soit leur profil ! Le design inclusif concerne tous les âges !

Vue d'un parc au Québec

Un autre domaine pour lequel le design inclusif a toute son importance c’est le parc urbain. Le Québec a établi un Guide d’analyse de l’expérience inclusive en parc urbain montrant les aspects bénéfiques du design inclusif appliqué au parc. Les espaces verts aussi peuvent être aménagés et accessibles pour une expérience optimale et un confort d’usage pour les personnes en situation de handicap. Cela passe par des bancs et des abris accessibles, du podotactile avec des bandes de guidage ou bien encore des pictogrammes simples et clairs permettant d’avoir un parc sûr et attractif qui répond aux besoins de plusieurs catégories de personnes. Un sentiment de communauté et d’appartenance est ainsi renforcé. Espérons que d’autres parcs dans d’autres territoires et villes appliquent ces aménagements !

Car la ville du XXIème siècle se doit d’être inclusive et de répondre aux besoins de ses citoyens. Comme nous l’avons précédemment expliqué dans notre article Et si le handicap était un moteur de l’innovation de la Smart City ?, l’accessibilité et l’inclusion représentent les nouveaux challenges des villes qui veulent être élevées au rang de Smart Cities. 

Innover en se focalisant sur une approche axée sur l’humain peut résulter en de surprenantes créations. Le monde entier a dû s’adapter à la pandémie malheureusement toujours en cours. Porter un masque s’avère être essentiel pour nous tous afin de nous protéger nous-mêmes mais aussi les autres. Cependant, cela a isolé de nombreuses personnes et a créé des barrières pour elles comme nous l’avait expliqué Lise, notre collègue déficiente visuelle, dans son article Série noire pour une canne blanche | Episode 11 : La Covid de l’horreur, leur retirant de l’autonomie. Les personnes sourdes et malentendantes sont également touchées et ont à présent du mal à communiquer et à échanger avec les autres. Etant donné que leur interlocuteur doit porter un masque, elles ne peuvent plus lire sur leurs lèvres ou voir les expressions de leur visage pour les aider à comprendre la situation. Heureusement, des entreprises ou tout simplement des citoyens lambda ont pris l’initiative de créer des masques transparents. Une solution simple et inclusive qui permet aux personnes sourdes et malentendantes de lire sur les lèvres et de communiquer !

L’innovation apportée par le design inclusif ne s’arrête pas là de par la création de pièces sensorielles pour les personnes présentant un trouble du spectre de l’autisme (TSA). Le Centre de ressources autisme Alsace (CRA Alsace), le Centre hospitalier de Rouffach et l’Association Adèle de Glaubitz, avec le soutien de l’Agence Régionale de Santé Grand Est, ont édifié un guide sur l’Autisme et la sensorialité vantant les bénéfices de créer des espaces conçus spécialement pour répondre à leurs besoins. Pour des personnes autistes sensibles au bruit et qui ont besoin de calme pour se détendre, ce type d’environnement leur est tout à fait favorable. Avoir une pièce avec une ambiance lumineuse douce, des matériels aux différentes textures, des tableaux tactiles et des balles sensorielles offre un cadre sûr et relaxant pour ses visiteurs. Bien que le guide mentionné ne s’adresse qu’aux personnes autistes, d’autres catégories peuvent bénéficier d’une pièce sensorielle et de ce type d’équipements comme les personnes ayant un handicap mental, psychique ou même la maladie d’Alzheimer. 

Se concentrer sur les besoins de plusieurs groupes de personnes représente une grande partie de ce qu’est le design inclusif. Il aide à améliorer des solutions pour créer un environnement sans obstacle à tous quel que soit cet environnement, c’est là que réside la beauté du design inclusif !

Résoudre le challenge de la mobilité : vers une société inclusive un pas à la fois

La mobilité représente un enjeu important à résoudre pour la vie de tous les jours des personnes en situation de handicap. Dans notre article Comment font les aveugles pour traverser la rue en sécurité ?, nous nous étions déjà focalisé sur l’importance de la mobilité des personnes ayant un handicap visuel. 

Les feux sonores, inventés par Okeenea Tech, restent pour elles la meilleure solution pour traverser la rue en toute sécurité. Et cela est possible grâce à deux moyens d’activation à la demande établis pour faciliter la vie des personnes aveugles et malvoyantes : la télécommande et le smartphone avec l’application MyMoveo. Grâce à ces deux petits accessoires, facilement transportables et à appréhender par l’utilisateur, ce dernier peut conserver en main son aide à la locomotion. Une société inclusive ne laisse personne derrière !

Panneau indiquant le métro parisien

Et l’entreprise Okeenea continue d’innover en s’assurant que les personnes ayant un handicap visuel puissent localiser l’entrée d’un bâtiment ou d’une bouche de métro grâce à ses balises sonores NAVIGUEO+ HIFI. Une fois activées, leur message délivré permet aux utilisateurs de se guider vers l’emplacement exact du point d’intérêt. Tout comme les feux sonores, ces balises sonores sont également activées à la demande avec la télécommande et le smartphone de sorte que les utilisateurs disposent des mêmes dispositifs pour deux solutions différentes. Deux solutions bien pensées qui se concentrent sur les besoins spécifiques de ses utilisateurs pour rendre leur vie plus facile !

Bien évidemment, trouver l’entrée d’un bâtiment n’est que la première étape car l’accessibilité à l’intérieur est tout aussi importante. Nous avons vu que des bâtiments comme les centres commerciaux peuvent avoir plusieurs types d’équipement mais de manière générale, les personnes en situation de handicap ont besoin de préparer leur trajet en amont et cela de la meilleure façon possible afin d’éviter de rencontrer d’éventuels obstacles. Que pouvons-nous faire pour leur permettre de se déplacer de façon spontanée et ainsi explorer un nouveau lieu ? Il y a une solution simple mais originale avec Evelity : une application de guidage intérieur pour toutes les familles de handicaps. De plus en plus d’applications sont conçues pour les personnes handicapées moteur, les personnes aveugles ou malvoyantes ou bien les personnes sourdes et malentendantes…, afin de les aider dans leur quotidien. 

Evelity est véritablement une application ingénieuse qui peut aussi bien aider les personnes ayant un handicap visuel à s’orienter grâce à des instructions auditives avec VoiceOver ou TalkBack que les personnes ayant un handicap moteur en sélectionnant les itinéraires accessibles. C’est à l’utilisateur de paramétrer l’application en fonction de son profil. Evelity peut guider ses utilisateurs à n’importe quelle sorte de lieux : centres commerciaux, universités et grandes écoles, hôpitaux, réseaux de transport comme les métros et les gares, bureaux d’entreprise, musées et bien d’autres encore. 

Un usager non-voyant utilise Evelity
Un usager déficient visuel se sert d’Evelity

Afin d’avoir une solution qui soit parfaitement adaptée aux besoins de ses différents utilisateurs, l’équipe de design d’Evelity a depuis le début travaillé en étroite collaboration avec des groupes de testeurs selon les étapes expliquées précédemment. Cela a toujours constitué l’un des principes importants de l’équipe comme la designer de services Marie-Charlotte Moret l’a expliqué dans son interview : Adopter une approche design pour placer l’humain au cœur des nouveaux services de mobilité

L’engagement indéniable du monde culturel en faveur du développement du design inclusif pour une meilleure accessibilité

S’il y a bien un domaine qui a pris à bras-le-corps le problème de l’accessibilité et du confort de ses visiteurs, c’est le monde culturel. Comment les visiteurs aveugles ou malvoyants appréhendent-ils les peintures d’un musée ? Est-ce que les visiteurs en fauteuil roulant peuvent facilement accéder aux galeries ?

Tactile Studio, une agence spécialisée dans le design inclusif pour la promotion des arts pour tous, crée des solutions adaptées et innovantes qui servent à la fois l’esthétique du lieu et les besoins de ses visiteurs. Des institutions célèbres dans le monde entier engagent les services de cette agence afin de s’assurer que tous les profils de visiteurs puissent profiter de la culture. C’est le cas du Musée d’Orsay à Paris qui a établi une exploration tactile et multi-sensorielle de L’Atelier du peintre, une peinture de Gustave Courbet. Tactile Studio a créé un design spécial de la peinture pour que les visiteurs ayant un handicap visuel puissent toucher les couches de la peinture alors mises en valeur. Ils ont également bénéficié d’une audiodescription de la peinture pour que les émotions puissent être réunies à travers des canaux et des sens différents. Une immersion complète afin de facilement comprendre et apprécier une œuvre d’art ! 

Intérieur du musée d'Orsay
Musée d’Orsay

Le relief et l’expérience tactile ne sont pas les seules solutions mises en place par cette agence. En effet, la technologie peut être utilisée pour aider les visiteurs à profiter des peintures ou des photographies. Le Louvre Abu Dhabi a choisi une solution digitale pour son exposition “Ouvrir l’album du monde : Photographies 1842-1896” afin d’expliquer la pertinence de ces photographies aux niveaux technique et culturel. Tactile Studio a créé des animations interactives, des interfaces graphiques et une narration des supports digitaux, non tactiles. Une façon ludique d’approcher l’art ! 

Le Louvre de Paris représente un très bon exemple d’accessibilité dans un musée rendu possible grâce au design inclusif puisqu’il s’adresse à des profils différents et apporte des solutions adaptées :

Handicap moteur Des places de parking PMR
(personne à mobilité réduite)
 Ascenseurs et escalators
 Fauteuils roulants, pliants et cannes avec embouts en caoutchouc disponibles gratuitement
 Parcours conseillés (accès ascenseurs)
 Places assises accessibles
Handicap mentalPlan des espaces conseillés pour un confort de visite
 Plan des espaces conseillés pour leur luminosité
 Pistes de visites adaptées
Handicap auditifBoucles à induction magnétique
 Parcours Chefs-d’œuvre en LSF (langue des signes française) sur audioguide
Handicap visuelGalerie tactile avec moulages d’œuvres
 Dispositifs tactiles pour les collections du Département des Arts de l’Islam
 Parcours Chefs-d’œuvre en audiodescription

 

Pour tout visiteur le demandant, il est possible d’être accompagné par un chargé d’accueil tout au long de la visite. Les personnes en situation de handicap ont également accès à la Petite Galerie, un espace consacré à l’éducation artistique et culturelle comprenant du mobilier accessible, des textes à hauteur adaptée, un livret tactile, une bande de guidage podotactile et un parcours audiodécrit. 

Grâce au design inclusif, l’accès à la culture est en effet possible et peut prendre plusieurs formes. Les visiteurs en situation de handicap bénéficient d’innovations sans fin et peuvent partager la même expérience que n’importe quel visiteur. Par conséquent, un perpétuel renouveau est nécessaire afin de faire en sorte que tout le monde puisse profiter de la culture de façon confortable.

Cela, Nadia Sahmi, architecte dirigeante de l’agence Cogito Ergo Sum, l’applique tous les jours. C’est cette démarche qu’elle prône dans les projets qu’elle développe pour favoriser l’accessibilité des musées. Dans le cadre d’une interview, elle nous a fait part de sa vision : “Mon objectif est d’apporter du confort physique, psychique et sensoriel dans le respect du geste architectural.” Elle milite pour aller plus loin que la simple application des normes et des réglementations car il y a bien des êtres humains à écouter et à considérer. Sous bien des aspects, la culture est le reflet de la société. Il est donc normal que les musées montrent la voie et s’adaptent pour se rendre accessibles. La Fondation Luma à Arles, projet sur lequel travaille Nadia Sahmi, a d’ailleurs choisi Evelity comme solution sur mesure pour fournir à ses visiteurs une expérience optimale. Pouvoir profiter de la culture en toute autonomie lorsque l’on est en situation de handicap, ce n’est plus un pari fou !

Et c’est sur cela qu’a misé la 11ème Biennale Internationale Design Saint-Etienne en choisissant le thème de l’inclusion. L’année dernière, l’exposition “Systems, not Stuff” a mis en lumière “Le Bureau des Inclusions” qui présentait sa machine à vote inclusive de Los Angeles adaptée à tous les votants et son école dédiée aux personnes de 60 ans et plus en Thaïlande. Par ailleurs, l’utilisation des rubans pour la “Passerelle de l’inclusion” symbolise bien les liens que l’on tisse entre nous en tant qu’individus et place l’inclusion en première place. Créer des passerelles, des liens entre les différentes communautés, c’est la force d’une société ! L’inclusion permet de la valoriser. 

Comme on peut le voir, créer une société accessible peut avoir lieu dans différents domaines en appliquant les principes du design inclusif. Les challenges à relever ne font qu’accroître le perpétuel renouveau nécessaire pour penser et repenser les solutions. Car l’accessibilité peut être réussie grâce à des solutions innovantes ! Ensemble, construisons un monde inclusif !

Publié le 7 décembre 2020

Renvoi vers le site Okeenea digital

 

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation de cookies.
J'accepte
Je refuse