8 points à vérifier pour rendre votre ERP accessible aux aveugles et malvoyants

Êtes-vous sûr que votre ERP remplit toutes les conditions pour bien accueillir les personnes aveugles ou malvoyantes ? La réglementation accessibilité issue de la loi « handicap » du 11 février 2005 concerne toutes les formes de handicaps. Derrière les contraintes techniques parfois obscures et rébarbatives pour les non spécialistes, les obligations réglementaires répondent aux besoins spécifiques de certaines catégories d’usagers. Pour vous aider à y voir plus clair, nous avons détaillé dans cet article tous les principes fondamentaux à connaitre pour que votre ERP offre un accueil de qualité à tous les visiteurs en situation de handicap visuel, qu’ils soient aveugles ou malvoyants. 

Suivez cette checklist, vous aurez alors une vision exhaustive des améliorations que vous pourrez apporter !

Quels sont les besoins des personnes aveugles ou malvoyantes dans un ERP ?

Comme n’importe quel visiteur, une personne aveugle ou malvoyante se rend dans un ERP pour bénéficier des services qui y sont proposés. Pour accéder au bâtiment et aux services, les principales difficultés rencontrées sont les suivantes :

  • S’orienter : savoir dans quelle direction aller ;
  • Se localiser : savoir reconnaitre et identifier son emplacement ;
  • Accéder à l’information écrite ;
  • Eviter les risques de chute et de choc.

Prenez un bloc-notes et un stylo, sortez de votre établissement et faites le parcours depuis l’accès extérieur en vous mettant dans la peau d’une personne aveugle ou malvoyante. Notez tout ce qui pourrait poser problème, on vous guide à chaque étape de la chaîne du déplacement.

Des outils accessibles pour la préparation du déplacement en amont de sa visite

Vos clients ou usagers ont-ils accès à toutes les informations sur votre établissement en amont de leur visite ? Avez-vous un site web ? Est-il conforme aux normes d’accessibilité numérique ? Peut-on y trouver toutes les informations concernant l’accès à votre établissement :

  • Desserte : arrêts de transports en commun, emplacement de l’aire de stationnement, dépose-minute ;
  • Description des abords si l’entrée principale n’est pas accessible directement depuis la rue ;
  • Emplacement du point d’accueil, description de l’itinéraire pour s’y rendre ;
  • Mode d’emploi du dispositif de contrôle d’accès le cas échéant.

Votre personnel d’accueil est-il en mesure de fournir toutes ces informations par téléphone ? Petite astuce : faites une fiche récapitulative que vous laisserez en permanence près du standard.

Un cheminement repérable et sécurisé vers l’entrée de votre établissement

L’entrée de votre ERP est-elle directement accessible depuis la rue ? Si ce n’est pas le cas, les personnes ayant un handicap visuel risquent d’éprouver des difficultés pour l’atteindre, d’autant plus si l’espace à franchir est vaste et dépourvu de repères comme un parking par exemple.

Le cheminement depuis l’accès au terrain jusqu’à l’entrée principale du bâtiment doit être facilement identifiable et repérable grâce à un contraste visuel et tactile. On peut alors jouer sur les différences de revêtements de sol : asphalte, béton désactivé, pavés, pelouse, etc. En l’absence de contraste de revêtement, il est possible d’ajouter une bande de guidage.

 

Côté sécurité, plusieurs points doivent être vérifiés :

Si le cheminement extérieur comporte un escalier, celui-ci devra être équipé d’une bande d’éveil de vigilance en haut de chaque volée, de nez de marches contrastés et antidérapants, mais aussi de contremarches contrastées en haut et en bas.

Si le cheminement piéton croise une voie empruntée par des véhicules, il doit comporter une bande d’éveil de vigilance en amont et en aval de la traversée piétonne.

Si des parois vitrées se trouvent à proximité du cheminement piétons, celles-ci doivent être marquées par des éléments visuellement contrastés afin d’éviter les risques de choc.

S’il existe une marche de plus de 40 cm proche du cheminement piéton, cette rupture de niveau doit être protégée par un garde-corps.

Gardez à l’esprit qu’une personne déficiente visuelle ne peut pas marcher droit si elle n’a pas de repère pour la guider. La notion de « cheminement piéton » doit donc être considérée au sens large, à savoir tout l’espace accessible aux piétons et pas seulement une bande virtuelle de 1,40 m de large.

Une entrée principale repérable et identifiable

L’entrée de votre établissement est-elle repérable par un contraste visuel ou un traitement architectural particulier ? Est-elle équipée d’une balise sonore ? Le nom de votre établissement est-il bien visible ? 

Si le cheminement permettant d’accéder à l’entrée principale est bien délimité et clairement identifiable, vous avez déjà fait une bonne partie du travail. Cependant, les personnes aveugles ou malvoyantes ont besoin de confirmer leur position. Pour celles qui conservent des capacités visuelles, une signalétique en gros caractères, utilisant des couleurs contrastées par rapport au support. Et pour les personnes qui ne peuvent pas lire, une balise sonore leur permet de déclencher un message verbal annonçant le nom de l’établissement, grâce à leur télécommande normalisée ou leur smartphone

Un système de contrôle d’accès accessible

Est-ce qu’un interphone ou un bouton d’appel limitent l’accès à votre établissement ? Si oui, est-il utilisable par une personne aveugle ou malvoyante ?

Pour que les systèmes de contrôle d’accès ne soient pas une entrave pour les personnes déficientes visuelles, celui-ci doit avant tout être de couleur contrastée par rapport à son support et avoir des touches munies d’écriture en gros caractères, de chiffres et de symboles en relief. Pour que vos visiteurs aveugles ou malvoyants connaissent la présence de ce dispositif en amont de leur visite, il est important que son existence soit mentionnée sur vos supports de communication. Comme dit précédemment, cette typologie de visiteurs à l’habitude de préparer ses déplacements.

Enfin, sachez que les interphones à défilement de noms sont inutilisables par les personnes non-voyantes. Il est donc nécessaire de prévoir une alternative le cas échéant : communiquer un code d’accès, offrir un accueil à la porte, la possibilité de contacter une personne en arrivant, etc.

Vous souhaitez tout savoir sur l'accessibilité ? Découvrez le dossier complet !

Un accueil facile d’accès, identifiable et repérable

Votre poste d’accueil est-il facile à trouver pour vos visiteurs déficients visuels ?

Les personnes aveugles ou malvoyantes comptent beaucoup sur l’accueil et l’accompagnement humain pour s’orienter dans un établissement et bénéficier des services qui y sont proposés. Pour faciliter son accès, votre poste d’accueil doit donc se situer au plus près de l’entrée principale. Il doit être facilement repérable par un contraste visuel et un éclairage adapté. S’il est nécessaire de traverser un vaste espace pour s’y rendre, nous vous recommandons l’installation d’une bande de guidage qui facilitera l’orientation de tous.

Nous attirons votre attention sur l’utilisation de systèmes de gestion de files d’attente. Il est difficile pour une personne aveugle ou malvoyante de se positionner dans une file d’attente et de savoir quand arrive son tour. A noter que les systèmes ne sont pas utilisables par ce public à moins que la personne préposée à la distribution n’énonce à haute voix le numéro figurant sur le ticket et qu’il en soit de même pour l’ordre de passage. Il est donc recommandé d’offrir aux personnes déficientes visuelles une priorité d’accès, au même titre que les personnes avec une station debout pénible.

Des circulations intérieures repérables et sûres

Est-il possible pour une personne aveugle ou malvoyante de se déplacer en toute sécurité dans votre établissement ? Peut-elle facilement s’y orienter ?

Il est probable qu’une personne déficiente visuelle qui se rend pour la première fois dans votre établissement aura besoin d’une aide humaine pour s’y orienter. Cependant, il existe certaines dispositions à prendre.

Avant toute chose, les circulations intérieures doivent offrir la meilleure sécurité possible. Ainsi, l’éclairage doit être suffisamment intense et homogène, à savoir qu’il ne doit pas créer de zones d’ombre. L’éclairage au sol est à proscrire pour cause d’éblouissement.

Les cheminements intérieurs doivent être libres de tout obstacle. Veillez à supprimer les obstacles en hauteur ou, si c’est impossible, à en forcer le contournement par un élément de mobilier. Les parois vitrées situées le long du cheminement doivent avoir des éléments contrastés pour éviter les risques de choc.

Pour faciliter l’orientation des personnes déficientes visuelles dans les espaces complexes, l’installation de bandes de guidage est recommandée, éventuellement associées à des balises sonores. L’application de guidage tout handicap Evelity est par ailleurs spécialement conçue pour permettre aux visiteurs handicapés de se déplacer en toute autonomie à l’intérieur d’un bâtiment complexe comme un centre administratif, un musée, une université ou un hôpital.

Une femme déficiente visuelle utilise Evelity pour se guider dans un lieu
Une femme déficiente visuelle utilise Evelity pour se guider dans un établissement

Enfin, tous les escaliers doivent être sécurisés avec :

  • Des mains courantes préhensibles et continues de part et d’autre,
  • Une bande d’éveil de vigilance en haut de chaque volée,
  • Des nez de marches contrastés et non glissants,
  • Des contremarches contrastées sur la première et la dernière marche de chaque volée et
  • Un éclairage adapté.

Si votre établissement comporte un ou plusieurs ascenseurs, pour qu’ils soient utilisables par les personnes déficientes visuelles, ceux-ci doivent avoir :

  • Des boutons d’appel contrastés visuellement et tactilement,
  • Des chiffres contrastés visuellement, en relief et en braille,
  • Un système de vocalisation des numéros d’étages et des mouvements de la cabine.

Une signalétique adaptée au handicap visuel pour l’identification des salles

Est-ce que les portes des salles, chambres ou bureaux de votre établissement sont équipées d’une signalétique lisible par les personnes aveugles ou malvoyantes ?

Après avoir traversé un hall, parcouru des dédales de couloirs et d’escaliers, quoi de plus naturel que de vouloir valider sa destination. Suis-je bien devant la chambre 212 ? Pour que les personnes déficientes visuelles puissent le faire en toute autonomie, les plaques de portes doivent comporter le nom ou le numéro de la salle en gros caractères. Ceux-ci doivent être de couleur contrastée par rapport au support et présenter un relief de 1 à 2 millimètres pour une lecture tactile. L’inscription doit également figurer en braille.

Une signalétique semblable doit se trouver au niveau des sanitaires afin de distinguer les toilettes hommes des toilettes femmes.

Des dispositions spécifiques pour les équipements et matériels accessibles au public

Est-ce que tous les équipements mis à disposition du public dans votre établissement sont utilisables en autonomie par une personne aveugle ou malvoyante ?

Guichets automatiques, automates de vente, distributeurs de boissons, photocopieurs…, n’importe qui devrait être en mesure de s’en servir. Pour atteindre cet objectif auprès des personnes déficientes visuelles, il faut prévoir avant tout des indications écrites en gros caractères contrastés. Un système de vocalisation des opérations est également souhaitable pour toutes les personnes n’ayant pas la capacité de lire.

 

Si vous avez bien suivi notre parcours, vous savez maintenant tout ce qu’il y a à faire pour rendre votre établissement accessible aux personnes aveugles ou malvoyantes. Afin de prioriser les travaux et les investissements qui vous permettront d’atteindre votre objectif, nous vous recommandons de vous tourner vers des professionnels de l’accessibilité qualifiés. Mieux que personne, ils sauront vous accompagner dans la mise en œuvre.

Vous souhaitez en savoir plus sur le handicap visuel ? Découvrez nos articles :

8 idées reçues sur les aveugles

6 conseils pour communiquer avec une personne aveugle ou malvoyante

Comment accueillir et se comporter avec un chien guide d’aveugle ?

Publié le 20 septembre 2021

Renvoi vers le site Okeenea Tech

Le Webzine OKEENEA
Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation de cookies.
J'accepte
Je refuse