Obstacles physiques dans les transports publics : quelles solutions pour le handicap moteur ?

Fauteuil roulant, béquilles, mauvais équilibre, mais aussi bagages lourds, poussette, enfants en bas âge… 30 à 40% des usagers des transports collectifs sont en situation de mobilité réduite. Parmi eux ce sont 2.3 millions de personnes ayant un handicap moteur dont 600000 de personnes en fauteuil roulant. La suppression des obstacles physiques représente une condition indispensable à leur accès au réseau. Mais aussi un énorme défi pour les gestionnaires et exploitants, en particulier lorsque les infrastructures sont anciennes.

Nous vous proposons un tour d’horizon des solutions matérielles et des services adaptés déjà en place sur de nombreux réseaux de transports. Pour que PMR ne rime plus avec galère !

Quels sont les obstacles physiques rencontrés dans les transports publics ?

Se retrouver devant une marche de 15 cm quand on est en fauteuil roulant, devoir rallonger son trajet d’une demi-heure à cause d’un ascenseur en panne, passer les portiques de sécurité avec une valise, descendre 3 étages avec sa poussette et son bébé dans les bras, etc.

obstacle transport accessibilité handicap

La réduction des obstacles physiques dans les transports en commun est un réel besoin pour les personnes en situation de mobilité réduite.

Voici quelques exemples d’obstacles physiques que l’on peut retrouver dans les transports publics :

  • Emmarchements non adaptés,
  • Dénivelés importants,
  • Distances longues,
  • Sols glissants,
  • Espaces trop importants entre le quai et le véhicule,
  • Hauteurs d’accès trop importantes.

Ces difficultés concernent surtout les personnes en situation de handicap moteur mais peuvent s’étendre à toutes les personnes à mobilité réduite.

600000 personnes se déplacent en fauteuil roulant, ce qui ne représente que 26% de l’ensemble des personnes à mobilité en France.

Quelles sont les solutions pour réduire les obstacles physiques dans les transports publics ?

Préparer son voyage : trucs et astuces pour voyager serein

Pour gagner du temps et éviter les mauvaise surprises (ascenseur en panne, marches à l’entrée…), la préparation de son voyage est une étape clé.

De nombreux sites web et applications mobiles, souvent méconnus des usagers, permettent de localiser les lieux accessibles et d’être informé en temps réel du niveau d’accessibilité des infrastructures. Parmi les plus connus on retrouve : Handimap, jaccede, iwheelshare, accessible.net et Picto access.

Par ailleurs, la ville de Lyon et de Toulouse mettent à disposition des usagers un calculateur d’itinéraire prenant en compte l’accessibilité du réseau.

Handicap moteur : des équipements adaptés aux personnes à mobilité réduite

La loi du 11 février 2005 prévoit une obligation de résultat des réseaux de transports collectifs. Selon le textes,toute personne à mobilité réduite doit être en mesure de monter et de descendre des véhicules et de bénéficier de l’information nécessaire à l’accomplissement de son voyage”. Les règles concernant l’accessibilité des véhicules de transport en commun sont fixées par l’annexe 11 de l’arrêté du 3 mai 2007 modifiant l’arrêté du 2 juillet 1982 relatif aux transports en commun de personnes.

Les textes réglementaires imposent certaines normes aux réseaux de transport comme l’obligation de prévoir un plancher bas et une palette rétractable pour les bus. Les quais doivent être au même niveau que les véhicules afin que l’accès puisse se faire facilement en fauteuil. Le revêtement du plancher des allées et des passages d’accès doit être antidérapant…

Mais au delà de l’obligation de résultat réglementaire, certains exploitants des réseaux de transport vont plus loin vers la qualité d’usage en adressant des aménagements sur-mesure aux personnes ayant un handicap moteur.

place handicapé moteur transport accessiblité

Voici une liste non exhaustive des différentes solutions d’accessibilité dédiées aux personnes à mobilité réduite en France mais aussi chez nos voisins européens :

  • A Lyon, toutes les stations de métro sont équipées d’ascenseurs et de portillons dédiés (à 2 exceptions près en raison de la topographie),
  • A Barcelone, un bouton de demande d’arrêt et un bouton de demande de la rampe a été mis en place dans les bus pour simplifier la sortie en fauteuil roulant,
  • A Lyon, une ligne de métro dispose d’un seuil rétractable permettant de combler l’espace entre le quai et le métro,
  • Partout en Espagne, des emplacements équipés d’une ceinture et d’une barre d’appui sécurisent les personnes en fauteuil roulant,
  • De nombreux bus européens ont une borne de validation située face à la rampe d’accès évitant ainsi aux voyageurs en fauteuil roulant de devoir se déplacer à l’avant du bus,
  • La ville de Toulouse a mis en place un système de validation abaissé de la carte de transport.

Handicap moteur : des services adaptés aux personnes à mobilité réduite

La réduction des obstacles dans les transports en commun passe aussi par la mise à disposition de services aux personnes avec un handicap moteur.

Parmi les solutions existantes, la possibilité d’acheter son titre de transport par SMS à Rouen, Grenoble, Reims, Agen, Paris et Verdun a conquis les usagers. Ce service dématérialisé se substitue à l’achat du ticket en guichet ou auprès du conducteur évitant ainsi toute difficulté liée à la hauteur du mobilier et à la possibilité de rester coincé à l’avant du bus.

Des modes de transport alternatifs au tarif des transports publics doivent aussi être proposés en cas d’aléa. Dans certaines villes, un service d’accompagnement gratuit par un personnel qualifié est proposé. Les villes de Bordeaux et de Grenoble ont mis au point le service Ambassadeur PMR. Des usagers handicapés conseillent et accompagnent ceux qui sont dans le besoin pour mieux appréhender les éventuelles difficultés. Le réseau social solidaire Faciligo met en relation des particuliers valides et des personnes à mobilité réduite le temps d’un voyage.

Si sortir de chez soi est souvent une expédition dès lors qu’on est confronté à une réduction de sa mobilité, ce n’est pas une fatalité. En tant qu’acteur de l’accessibilité de votre réseau de transports publics, vous avez le pouvoir d’améliorer la situation d’au moins 30% de vos usagers. Ascenseurs, rampes d’accès, mobiliers adaptés, information en temps réel sur l’accessibilité du réseau, billetterie dématérialisée, services d’assistance…, de nombreuses solutions ont fait leurs preuves. Avant de mettre en place l’une ou l’autre, nous vous recommandons d’aller chercher des retours d’expérience et d’organiser une concertation avec des usagers de votre réseau en situation de handicap moteur afin de bien identifier leurs difficultés. Car ce qui marche bien quelque part peut avoir besoin d’être adapté ailleurs.

Pour aller plus loin : Découvrez notre article sur l’accessibilité de l’information aux personnes handicapées dans les transport publics.

Mis en ligne le 17 mai 2019

Renvoi vers le site Okeenea Tech