8 conseils pour bien accueillir une personne avec un handicap moteur

 

Vous êtes tranquillement installé derrière votre comptoir d’accueil et voilà qu’une personne en fauteuil roulant se présente à vous. Pas de panique, même avec un handicap moteur, cette personne a sans aucun doute des demandes semblables à celles de tous vos visiteurs. En gardant une attitude ouverte et tout votre bon sens, vous saurez l’aiguiller au mieux vers les services qui l’intéressent. Et pour être sûr de ne pas commettre d’impairs, gardez en tête nos précieux conseils !  

Qu’est-ce que le handicap moteur ?  

  Logo du handicap moteurLes services dédiés aux personnes handicapées sont souvent repérés par le logo du fauteuil roulant. Mais le handicap moteur ou la mobilité réduite recouvrent des situations très variées. Ce handicap concerne l’ensemble des personnes qui présentent un trouble de la motricité par lequel elles perdent tout ou partie de la capacité de mouvement. Il peut toucher aussi bien les jambes, les bras ou le reste du corps. Les personnes ayant un handicap moteur peuvent éprouver des difficultés à se déplacer ou à effectuer des tâches manuelles. Le handicap moteur peut aussi affecter la parole sans pour autant altérer les capacités de compréhension.     Pour offrir un accueil de qualité à une personne en situation de handicap moteur, commencez par suivre nos 7 conseils incontournables pour bien accueillir une personne handicapée qui s’appliquent en toutes circonstances.   Et voici maintenant quelques conseils complémentaires spécifiques !          

#1 Indiquez la file d’attente prioritaire 

  Patienter dans une file d’attente peut être extrêmement éprouvant pour les personnes en situation de handicap moteur, en particulier les personnes avec une station debout pénible. Soutenir son poids sur des béquilles ou un déambulateur est très fatigant. Si elles ne l’ont pas vue, pensez bien à leur indiquer la file d’attente prioritaire.   

#2 Proposez un siège

  S’il n’est pas possible d’abréger l’attente des personnes avec une station debout pénible, pensez à leur proposer un siège. Et attention, veillez à ne pas laisser passer leur tour dans la file, ce serait dommage qu’elles attendent finalement plus longtemps que les autres parce qu’elles sont assises à l’écart.   

#3 Communiquez à hauteur égale

  Si vous devez avoir un échange prolongé avec une personne en fauteuil roulant, asseyez-vous pour être à sa hauteur. Cela lui évitera un torticolis et rendra la situation beaucoup plus confortable pour vous deux. Selon la réglementation accessibilité, les comptoirs d’accueil doivent comporter une partie abaissée pour permettre un contact visuel direct avec les personnes en fauteuil roulant ou de petite taille. N’hésitez pas à contourner votre comptoir si ce n’est pas le cas.   

#4 Indiquez un itinéraire adapté

  Si vous devez indiquer à une personne en situation de handicap moteur le moyen de se rendre dans un service, prenez soin de choisir un itinéraire sans obstacles. Indiquez-lui l’emplacement des ascenseurs et des portes automatiques. Veillez à ce que le cheminement ne comporte ni marche isolée, ni pente raide, ni sol meuble ou glissant.  

#5 Proposez votre aide

  On parle bien de « proposer », pas d’ « imposer » ! Mais si l’itinéraire à emprunter présente des difficultés (pente raide, seuil de porte élevé, sol meuble, dévers…), votre aide sera sans doute bienvenue pour les franchir. Si vous êtes amené à pousser une personne en fauteuil roulant, attendez qu’elle vous ait donné son accord. Ne vous appuyez pas sur son fauteuil, c’est un peu comme une partie de son corps ! Choisissez les passages les moins accidentés, évitez les mouvements brusques et annoncez les manœuvres. Pour franchir une marche ou un ressaut, faites demi-tour pour vous présenter en marche arrière, inclinez le fauteuil vers vous et tirez sans faire d’à-coups.     

 

Un homme en fauteuil roulant  

 

#6 Déployez la rampe d’accès

  Si l’établissement où vous travaillez n’est pas accessible de plain-pied ni équipé d’une rampe d’accès permanente, il est possible d’en faciliter l’accessibilité aux personnes en fauteuil roulant grâce à une rampe amovible. Celle-ci doit être couplée à un bouton d’appel au niveau de la porte d’entrée afin que les personnes qui en ont besoin puissent signaler leur présence. Nous vous recommandons alors de vous renseigner sur le maniement de cette rampe afin de ne pas être pris au dépourvu le moment venu.   

#7 Soyez patient

  Une personne vivant avec un handicap moteur peut avoir des gestes plus lents que la moyenne. Evitez de marquer des signes d’impatience, ceci pourrait la rendre plus anxieuse et lui faire perdre ses moyens. Offrez votre aide si vous le pouvez. Et si elle parle avec difficulté, laissez-la terminer ses phrases plutôt que de risquer un malentendu. N’hésitez pas à la faire répéter si nécessaire.  

#8 Acceptez les chiens d’assistance sans discuter

Un chien d'assistance dans un parc Les chiens d’assistance aux personnes handicapées et chiens guides d’aveugles ont droit d’accéder à tous les lieux publics sans surcoût et sans obligation de porter la muselière. Laissez-les donc entrer avec leur maître. Ce ne sont pas des chiens comme les autres : ils sont allés à l’école et savent se tenir en société !      

 

Nous espérons que ces quelques conseils vous permettront d’aborder plus sereinement l’accueil d’une personne en situation de handicap moteur. Et dans tous les cas, n’oubliez pas la règle d’or : échangez avec votre interlocuteur d’égal à égal ! Il vous pardonnera toujours vos maladresses si vous restez ouvert au dialogue et à l’expression de ses besoins.    

 

Si vous vous intéressez au handicap moteur, découvrez notre article Obstacles physiques dans les transports publics : quelles solutions pour le handicap moteur ?

 

Publié le 26 avril 2021        

 

Renvoi vers le site Okeenea digital

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation de cookies.
J'accepte
Je refuse