Canne blanche ou chien guide ? Choisir son aide à la mobilité quand on est aveugle

Ce dimanche 29 septembre, c’était la Fête des Chiens Guides ! Toutes les écoles de chiens guides d’aveugles de France ont ouvert leurs portes au public. Au programme : démonstrations du travail des éducateurs, rencontres avec les professionnels, les familles d’accueil et les maîtres de chiens guides, sensibilisation au handicap visuel, etc.

Nous profitons de cette occasion pour répondre à une question souvent posée aux personnes aveugles : pourquoi certaines d’entre elles choisissent la compagnie d’un chien guide tandis que d’autres se contentent d’une canne blanche ? Comme vous allez le voir, c’est avant tout une question de mode de vie mais pas seulement !

Refus d’accès et aménagement pas toujours optimal, même pour les chiens guides !

L’article 88 de la loi du 30 juillet 1987, modifié par la loi du 5 août 2015, permet l’accès des chiens guides d’aveugles et de leur maître dans tous les transports en commun, les lieux ouverts au public ainsi qu’à ceux permettant une activité professionnelle, formatrice ou éducative, sans surfacturation. 

Pourtant, malgré cette obligation, selon une enquête diffusée le 22 avril 2014 par plusieurs associations représentant les personnes déficientes visuelles, les chiens guides sont refusés dans plus de 25% des lieux ouverts au public. Voilà qui oblige les maîtres de chiens guides à justifier constamment la présence de leur chien et rappeler la loi, un combat quotidien que certains jugent trop fastidieux. Selon cette même enquête, les refus d’accès constituent un des motifs pour lesquels certaines personnes aveugles ou malvoyantes renoncent à faire une demande de chien guide. Et même si la loi est claire, il est exceptionnel que les auteurs du refus d’accès soient sanctionnés contrairement au Royaume-Uni où le propriétaire d’une sandwicherie vient d’être condamné à £1 000 d’amende.

chien guide d'aveugle

Il est également bon de rappeler que les aménagements qui font disparaître tous les repères contrastés visuellement et tactilement (zones de rencontre, places et grands espaces), s’ils posent de gros problèmes d’orientation aux personnes aveugles et malvoyantes en général, sont tout aussi difficiles à négocier pour leurs compagnons à quatre pattes.

Un chien guide, c’est d’abord un chien !

accessibilité chien guide d'aveugle

Contrairement à une canne blanche qui peut se plier et s’oublier dans un coin pendant tout le temps qu’on veut, qui ne mange pas, qui ne fait pas ses besoins et ne perd pas ses poils…, un chien guide nécessite une attention quasi permanente. Faire le choix d’accueillir un chien guide dans sa vie, c’est d’abord en accepter les contraintes, avoir un espace qui lui est réservé aussi bien à son domicile que sur son lieu de travail et du temps à lui consacrer pour son bien-être. 

Comme nous l’expliquait Manon Blanchard, éducatrice de chiens guides d’aveugles, dans une interview pour notre webzine : « Pour qu’un chien guide soit toujours motivé au travail, il faut lui assurer un équilibre en lui offrant des récompenses en termes de jeu et de détente. Son maître doit lui ménager des moments où il va pouvoir retrouver ses instincts naturels contre lesquels on lui demande de lutter pendant le travail : renifler, interagir avec ses congénères, courir, etc. »

220 remises de chiens guides par an pour 207 000 personnes aveugles en France

Malgré les contraintes, nombreuses sont les personnes aveugles ou malvoyantes en attente d’un chien guide pour tous les avantages que ces compagnons hors du commun procurent en contrepartie :

  • Une fluidité de déplacement sans commune mesure avec celle qu’apporte la canne blanche,
  • Moins de stress, plus de sérénité et un sentiment de sécurité plus fort,
  • Une compagnie appréciable,
  • Un lien social, etc.

Pour faire une demande de chien guide, une personne déficiente visuelle doit déjà avoir acquis un certain degré d’autonomie, être à l’aise dans ses déplacements et avoir une bonne connaissance de son environnement. 

L’éducation des chiens guides dure en moyenne deux ans. Il arrive que des chiens soient réformés en cours d’éducation pour une inaptitude constatée ou un problème de santé. Selon Valentine Valentin, de l’Association des Chiens Guides de Lyon et du Centre-Est, « on estime à 25 000 € le coût moyen d’un chien guide d’aveugle de sa naissance à sa retraite. » Tous ces éléments expliquent que seuls 220 chiens guides sont remis chaque année à des personnes aveugles ou malvoyantes. Il existe donc environ 1 500 équipes « déficient visuel – chien guide » actuellement en activité en France alors que 1,7 million de personnes ont une déficience visuelle, parmi lesquelles 207 000 sont considérées comme « aveugles ».

Vous l’aurez compris, les raisons pour lesquelles vous voyez plus de personnes aveugles avec une canne blanche plutôt qu’un chien guide sont nombreuses. Avoir accès à la sécurité et à la fluidité de déplacement qu’offre le chien guide nécessite un cadre de vie favorable, une bonne autonomie, un environnement adapté à l’accueil d’un animal, et surtout une force de caractère à toute épreuve pour faire face aux nombreux obstacles physiques et humains. Pour leur faciliter la vie, nous vous invitons à lire les bonnes pratiques que nous vous partageons dans nos articles :

Comment accueillir et se comporter avec un chien guide d’aveugle ?

« Suis-je vraiment obligé d’accueillir les chiens guides ? »

Comment les chiens guides d’aveugles sont-ils éduqués ? [Interview]

Publié le 30 septembre 2019

Renvoi vers le site Okeenea Tech