Comment réduire vos dépenses d’accessibilité sans sacrifier la qualité d’usage ?

Baisse des dotations pour les collectivités publiques, perte de bénéfices dans le secteur privé…, et on vous demande encore de payer pour la mise en accessibilité de vos locaux ! Vous trouverez dans cet article quelques conseils pour financer vos travaux et transformer vos dépenses en investissements. Rappelons que le handicap touche près de 20% de la population. La réglementation accessibilité n’est pas là pour vous écraser mais au contraire pour vous permettre d’accueillir plus de monde !

1ère étape : Mettez à jour vos diagnostics

Pour déposer votre ad’AP dans les temps, vous avez peut-être négligé cette étape. Et pourtant, si vos diagnostics datent d’avant 2015, ils comportent certainement des points de non-conformité qui n’en sont plus aujourd’hui.

L’arrêté du 8 décembre 2014 a en effet apporté de nombreux assouplissements à la réglementation accessibilité pour les ERP situés dans un cadre bâti existant.

Citons-en quelques-uns :

  • Les rampes d’accès amovibles sont désormais autorisées sans demande de dérogation lorsque la construction ou la pose d’une rampe fixe est impossible.
  • L’entrée accessible peut être une entrée différente de l’entrée principale. Seule contrainte : elle doit être ouverte aux mêmes horaires.
  • Les largeurs de passage ont également été réduites : 80 cm pour les portes au lieu de 90 et 1,20 m dans les couloirs au lieu de 1,40.
  • Des « solutions d’effet équivalent» peuvent être mises en place du moment qu’elles permettent d’atteindre les objectifs définis dans les textes.

Si vous avez les compétences nécessaires au sein de votre personnel, n’hésitez pas à internaliser cette étape.

Pour le secteur privé, et notamment les ERP de 5e catégorie, les chambres de commerce, chambres des métiers et unions professionnelles proposent souvent ce service pour un coût très réduit. Vous pouvez aussi utiliser les formulaires d’autodiagnostic disponibles sur le site de la Direction Ministérielle à l’Accessibilité (DMA).

 

2ème étape : Définissez votre stratégie d’accessibilité

Après l’état des lieux, place à la réflexion fonctionnelle sur l’organisation du bâti. La philosophie de la réglementation accessibilité n’est pas de rendre les bâtiments accessibles de fond en comble mais avant tout les services qu’ils abritent. Alors, réfléchissez bien en termes de services apportés au public.

Plusieurs options s’offrent à vous, comme par exemple :

  • La relocalisation d’un service dans une autre partie du bâtiment ou même un autre bâtiment accessible,
  • L’aménagement d’un bureau d’accueil multiservices accessible pour recevoir toutes les personnes qui ne pourront pas se rendre dans le reste du bâtiment (C’est le personnel qui se déplace.),
  • Des mesures de substitution : services en ligne, rendez-vous à domicile… (pour les ERP de 5e catégorie seulement).

 

Mise en accessibilité - conseil- réduction de budget3ème étape : Priorisez les travaux

La réalisation d’un Ad’AP représente une excellente opportunité d’étaler les travaux de manière stratégique.

Certains maîtres d’ouvrage ont pris le parti de commencer par des travaux peu coûteux qui ont un fort impact sur la qualité d’usage et c’est plutôt une bonne idée !

La pose d’une rampe d’accès, d’une balise sonore ou d’une boucle à induction magnétique aura un effet immédiat pour les personnes concernées par ces équipements. En effet, le point noir de l’accessibilité, c’est généralement l’entrée et l’accueil de l’ERP !

Pour éviter des dépenses inutiles, il est aussi important d’anticiper sur les opérations de rénovation des bâtiments. Réaliser les travaux d’accessibilité à ce moment-là vous coûtera évidemment bien moins cher, surtout que vous n’aurez pas à les refaire pour un bon moment !

Pour définir jusqu’où aller, la concertation avec les usagers pourra vous être bien utile. Pensez à convier les représentants des personnes handicapées, bien sûr, mais pas seulement ! Les habitants du quartier, les membres du personnel, les prestataires ont aussi souvent une bonne idée des problèmes qui se posent et des solutions à mettre en face.

 

4ème étape : Obtenez des financements

Non, vous n’êtes pas complètement livré à vous-même, des aides financières existent et sont mobilisables pour la mise en accessibilité de vos ERP.

En voici une liste non exhaustive :

  • fonds de soutien à l’investissement du bloc communal,
  • Dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR),
  • dotation globale de fonctionnement (DGF),
  • Fonds de soutien à l’investissement local,
  • dotation globale de décentralisation (DGD),
  • Fonds pour l’insertion des personnes handicapées (FIPHFP pour la fonction publique et AGEFIPH pour le secteur privé) quand des personnes handicapées travaillent dans les locaux concernés,
  • Fonds européens (FEDER, FEADER dont le programme LEADER, FSE),
  • Fonds d’intervention sur les services, l’artisanat et le commerce (FISAC),
  • Aides départementales ou régionales à la labélisation Tourisme et Handicap,
  • Unions professionnelles,
  • Prêts bancaires à taux réduit

Certes, il restera probablement des dépenses à votre charge. Mais si vous suivez bien ces conseils et vous entourez de bons professionnels, chaque euro investi aura un impact positif

  • Sur l’augmentation de la fréquentation de vos ERP d’une part,
  • Mais aussi sur la réduction des coûts liés à la dépendance et à l’exclusion.

Vous vous sentez perdus malgré nos conseils ? Vous pouvez faire appel aux spécialistes de l’accessibilité que nous sommes ! Contactez nous en un simple clic. 

Vous avez un projet d'accessibilité ? Découvrez nos offres

mautic is open source marketing automation