Vos escaliers sont-ils aux normes ?

Une checklist pour ne rien oublier lors de la sécurisation de vos escaliers et vous mettre en conformité avec la réglementation accessibilité.

Qui ne s’est jamais fait une grosse frayeur en descendant un escalier plus vite que prévu ? Quand ça n’a pas été plus grave ! Les normes d’accessibilité concernant les escaliers ont pour objectif d’éviter les chutes et permettre aux moins valides d’entre nous de les emprunter. Où en êtes-vous dans votre établissement ? Rassurez-vous, nous allons vous aider à faire le point.

Pour tous les escaliers, quel que soit le nombre de marches, vous devez prévoir…

  • Une bande d’éveil de vigilance en haut de chaque volée d’escalier, à 50 centimètres de la première marche. Pour que le code utilisé soit partout le même, une norme définit les caractéristiques de ces bandes : la NF P98‑351. Le contraste visuel et tactile permet de créer un signal d’alerte avant la descente d’un escalier.
Nez de marches et contremarches

Escalier sécurisé grâce aux nez de marches et contremarches

  • Des nez de marches antidérapants et d’une couleur contrastée avec le revêtement de sol. L’antidérapant, c’est pour éviter à tous de glisser et le contraste visuel pour que les rebords des marches soient bien visibles, surtout dans le sens de la descente qui est le plus dangereux. Selon la réglementation, les nez de marches doivent avoir une largeur de 3 centimètres au minimum.
  • Des contremarches de couleur contrastée sur une hauteur d’au moins 10 cm pour la première et la dernière marche de chaque volée d’escalier. Là encore, il s’agit d’améliorer la visibilité, cette fois dans le sens de la montée.
  • Un éclairage de 20 lux en extérieur et 150 lux en intérieur. L’éclairage est très important pour accentuer les contrastes et donc la visibilité. Il ne doit ni être éblouissant, ni créer de zones d’ombres.

Pour tous les escaliers de plus de 3 marches, il faut en plus…

  • Que la hauteur des marches soit inférieure ou égale à 17 centimètres ;
    Nez de marches

    Nez de marches contrastés et antidérapants

  • Que la profondeur du giron (la partie horizontale des marches) soit supérieure ou égale à 28 centimètres ;
  • Une main courante de chaque côté de l’escalier. Ces mains courantes doivent…
    • Etre espacées d’un mètre au minimum ;
    • Etre situées à une hauteur de 80 centimètres à 1 mètre ;
    • Ne pas s’interrompre au niveau des paliers intermédiaires ;
    • Etre prolongées horizontalement de la longueur d’une marche au-delà de la première et de la dernière marche de chaque volée ;
    • Etre visuellement contrastées avec le mur.

Si les dimensions des marches de vos escaliers ne sont pas conformes, rien ne vous oblige à tout casser. Vous devrez en revanche prévoir de les modifier quand vous ferez des travaux sur le gros œuvre. De même, si la pose d’une deuxième main courante réduit la largeur de votre escalier à moins d’un mètre, vous en êtes dispensé.

Des clous podotactiles pour indiquer la descente d'escaliers

Les clous podotactiles intérieurs et extérieurs indiquent une descente d’escalier imminente aux personnes déficientes visuelles

Par contre, pour tout le reste : bandes d’éveil de vigilance, nez de marches intérieurs, nez de marche extérieurs, contremarches et éclairage, ce n’est que du second œuvre, ces équipements doivent donc être prévus dans votre Ad’AP. En appliquant les normes d’accessibilité, vous augmenterez la sécurité pour tout le monde, personnel ou visiteurs. Pensez à vous tourner vers des professionnels qualifiés pour vous aider à choisir les produits adaptés à vos bâtiments.

Découvrez également sur notre webzine : Mise aux normes de mes collèges et lycées : la question des escaliers.

Vous souhaitez mettre aux normes vos escaliers ? Découvrez notre offre sur OKEENEA.COM

 

 

 

mautic is open source marketing automation